mercredi 5 janvier 2011

Le défi des livres, semaines 2 et 3

Je prends de l’avance quand je peux, parce que ça risque de pas durer. Alors hier j’ai fini Stalin : a biography (2004, nouvelle édition 2010) par Robert Service. Mais tout a commencé par un autre livre : The Cold War : a new history par John Lewis Gaddis (2005). Pas que je m’intéresse énormément à la guerre froide, mais j’avais besoin d’un nouveau livre audio pour écouter dans la voiture pendant les 1400 km de chez moi à l’école.

Au début, ce livre me faisait rigoler, parce qu’il divise clairement la guerre froide entre les Gentils et les Méchants, et le lecteur fait même les voix comme pour lire des contes de fées aux enfants. Truman a la voix d’Obi Wan, Churchill du Père Noël, et tous les soviétiques ressemblent au troll sous le pont.

Bon. C’est puéril, mais je croyais qu’ils le faisaient exprès, alors au début c’était marrant. Et puis j’ai commencé à me rendre compte qu’ils y croyaient pour de vrai, donc c’était un peu dérangeant. Et puis le lecteur a mal prononcé « Vyatcheslav Molotov », alors que c’est pas très difficile. Il aurait pu se donner la peine de l’apprendre avant de lire un livre sur la guerre froide, quand même.

Puis, on commence à nous parler de toutes les dictatures établies par les soviets en Europe. Bon. Très bien. Et… les dictatures établies par les américains ailleurs? Pas un mot. Bon… d’accord, c’est lui l’expert, peut-être qu’il ne pense pas que ça soit important pour la guerre froide. Mais ça me paraît quand même suspect.

Et puis, le gars commence à nous dire, de plus en plus souvent, que l’histoire a démontré depuis qu’en effet, seuls les américains peuvent maintenir la paix et la prospérité dans le monde. Alors là, plus de doute : il me ment. On sait bien que les américains ont des trillions de dollars de dette extérieure et ne maintiennent leur économie qu’en déclarant une guerre après l’autre, et même comme ça, elle est en train de s’effondrer sur elle-même comme une naine blanche. Ce livre, c’est tout de la propagande américaine. Alors j’ai arrêté; je m’intéresserai à la guerre froide quand Chomsky écrira un livre dessus.

Mais à écouter ce livre, je me suis également rendu compte que j’aurais peut-être dû écouter mes cours d’histoire, parce que je ne sais rien à l’histoire de l’URSS. Donc j’ai décidé de lire quelque chose sur Staline. Ma sœur avait recommandé un bouquin qui avait l’air bien, mais il aurait fallu le commander, alors j’ai choisi Service. Il est très respecté.

Bon.

Donc voila, j’ai lu une biographie de Staline.

Euh…

Bon.

D’accord.

Pas grand-chose à en dire, en fait. D’après Service, la morale c’est que « les grands criminels de l’histoire, c’est en fait juste des gars comme les autres. »

Ouais.

Sauf que plus criminels, mais à part ça, d’accord.

Le livre est bien écrit, dans l’ensemble, sauf qu’il y manque plusieurs virgules. On peut faire sans, mais ça rend le texte moins lisible. D’autre part Service veut rendre un compte « équilibré » de la vie de Staline, ce qui est bien, mais il le fait justement de façon déséquilibrante. Il écrit des trucs genre « Staline n’était pas aussi bête qu’on l’a dit mais il n’avait aucune formation politique et militaire, mais par contre il lisait beaucoup et il n’oubliait rien, mais comme ses subalternes lui mentaient, il manquait d’information, mais il aurait pu se donner plus de mal pour en obtenir lui-même, mais il travaillait énormément, donc il a fait ce qu’il pouvait vu les circonstances, mais il était également très très méchant. »

Bon… Ça serait plus clair de faire juste deux colonnes, ou un paragraphe « bien » et un paragraphe « mal ». Bien : Staline a eu de bonnes notes au séminaire et une fois il a aidé une vieille dame à traverser la rue. Mal : 681.692 personnes exécutées pendant la Grande Purge (selon les archives du NKVD). Vous voyez, c’est plus clair comme ça.

Comme il faut quand-même avoir quelque chose d’intelligent à en dire, moi je dis que ce qui est intéressant ce n’est pas les crimes contre l’humanité, qui ne nous apprennent rien sauf que « l’homme est un loup pour l’homme », mais que ça pose la question, « est-ce que quelqu’un d’autre aurait fait mieux que Staline? » Il dirigeait un pays énorme avec une société agraire, multinationale, malcontente, mal organisée, et en plus pervertie par les idées folles de Lénine, pendant trente ans de révolution, guerre, guerre civile, guerre froide, et paix précaire avec les forces de l’Impérialisme mondial; il a essayé de l’industrialiser, de la moderniser, de garantir à chacun le logis et l’emploi, de promouvoir l’alphabétisation; et en même temps il essayait de faire avancer la philosophie marxiste-léniniste, et de ne pas se faire assassiner. Est-ce que ça se serait mieux passé si Trotsky avait gagné plutôt que Staline? Et qui aurait gagné en 1945 sans Staline? Est-ce que la Russie fonctionnait mieux avant Staline, ou après Staline, que pendant Staline?

En fait c’est un peu comme disait Tolstoï, à mon avis. Les dirigeants croient diriger le monde, mais peut-être que c’est le monde qui les pousse.

Enfin. Quelle que soit la morale qu’on en retire, c’est un livre intéressant et assez bien écrit. Je le recommande.


Après ça, pour rire, j’ai relu Le Manifeste du Parti communiste par Karl Marx et Friedrich Engels (1848). Comme toute propagande, c’est marrant à lire, et il y a du vrai dans ce qu’ils disent, mais ça ne m’intéresse pas énormément car ils étaient communistes et moi je suis marxiste, ce qui n’est pas du tout la même chose. Marx était communiste et n’aimait pas le marxisme, et encore moins qu’on y ait donné son nom.


Et après ça, j’ai chanté complies et je me suis couchée.

4 commentaires:

Picard a dit…

On se marre bien, ici ! Tu devrais te casser le poignet plus souvent. (Même si en apprenant ton malheur maman a dit d'un ton exaspéré : "Encore !" ; parce qu'apparemment tu t'étais déjà cassé un poignet il y a une trentaine d'années !!!)

Mongoose a dit…

Je me suis cassé le même poignet de la même façon :

1) à Saint-Brévin circa 1981

2) en 5ème en faisant du patin à roulette à l’école ; comme ça faisait chier tout le monde de m’emmener à l’hôpital, une amie Guide m’a fait une atelle

3) en fac en faisant du patin à glace

4) dans la cours du club équestre où je montais en 1998

5) et cette fois-ci.

C’est toujours sympa de se faire engueuler quand on se blesse… T’aurais du voir quand je me suis cassé la hanche quelle tête elle a fait !

Une femme libre a dit…

Je suis assez impressionnée que vous preniez de l'avance, moi qui ai parti la patente et qui vais prendre du retard en partant, semble-t-il, on est déjà jeudi soir et je n'en suis même pas à la moitié des plus de six cent pages de la vie de mon Stone.

Un livre audio? Mausus de bonne idée. Jamais pensé à écouter un livre et je comprends un peu pourquoi si la voix du lecteur est énervante comme vous le décrivez. Mais si la voix est potable, on pourrait même écouter au lit à la noirceur et s'endormir dessus. Vous avez essayé?

Mongoose a dit…

Moi je les écoute dans la voiture, ou dans le camion quand j’étais camionneur. Quand tu fais 1000 km et plus en un jour, il faut bien s’amuser comme on peut. Maintenant je les écoute parfois la nuit mais après c’est difficile de retrouver où tu as perdu le fil.