mercredi 4 mai 2011

Cygnes siffleurs



Les cygnes siffleurs, c'est comme le plateau à fromage : ils ne passent qu'une fois, alors il faut prendre tout ce qu'on peut, car il n'y aura pas de deuxième chance. Heureusement je les ai entendus venir de loin, et ils étaient dans le bon sens par rapport au soleil, mais même comme ça, je n'ai pu tirer qu'une fois lorsqu'ils ont traversé Riverview Drive. Et encore, je n'ai pas eu le temps d'étendre mon zoom entièrement. Enfin c'est la sixième fois de ma vie que j'ai réussi à tirer des cygnes, et la mieux réussie. Et ça me récompense un peu pour ne pas avoir un gros appareil de plusieurs milliers de piastres, parce que ceux-là, on les plante sur leurs trépieds et on attend qu'il se passe quelque chose, et avec cette méthode, il y a très peu de chance de jamais prendre ces cygnes.

J'aimerais bien savoir où ils passent l'été, pour aller les observer pour de bon, mais j'imagine que c'est quelque part sur la toundra, à mille miles de toute terre habitée.

4 commentaires:

Marico a dit…

Quel magnifique oiseau! Il parait que le troupeau de l'est du Canada passe l'hiver, comme les oies blanches et bernaches, dans la baie de Chesapeake et en Caroline du Nord. Il se retape 6000 km pour remonter au Nord chaque printemps.

Mongoose a dit…

Oui, ils font un grand ovale, par les Prairies au printemps et la cote est a l'automne. Si je me reincarne, j'aimerais assez etre un cygne.

Marico a dit…

Alors ça me permettra peut-être de te rencontrer, parce que c'est mon choix à moi aussi!

Mongoose a dit…

D'accord. Dès que je suis un cygne, je te cherche. :)