jeudi 9 décembre 2010

Pythagorème

Pour être charpentier, il faut faire des maths. Entre autres, le théorème de Pythagore, qui nous est très utile pour vérifier que les angles supposés droits le sont vraiment. L’ennui c’est que la plupart des apprentis sont sortis du secondaire il y a dix ans ou plus, et n’étaient déjà pas forts en maths à l’époque. En plus il y en a beaucoup pour qui l’anglais est une deuxième langue. Dans ma classe, par exemple, il y a deux mexicains, un québecois, et un probablement hongrois ou croate, vu son nom. Bon. Donc ils n’ont probablement jamais entendu parler de Pythagore, encore moins de théorèmes. Alors à force de faire du soutien avec les camarades qui ont de la misère en maths, j’ai fini par me rendre compte qu’ils ne disent pas « théorème de Pythagore » (en anglais, « Pythagoras’s theorem »), mais simplement « Pythagorème ».

Ce qu’on ne dit pas aux apprentis, c’est que le théorème de Pythagore, pour les matheux, c’est surtout l’exception au théorème de Fermat. Ça serait cruel. D’ailleurs j’évite de leur en dire trop sur les maths. Par exemple, il y en a un qui m’a demandé pourquoi le volume d’un cône est πr²h / 3. Je me sens pas trop de leur enseigner le calcul intégral, alors je lui ai dit que je lui dirai quand il sera plus grand.

Par contre, j’ai essayé d’apprendre aux instructeurs à faire de la trigonométrie. Il y en avait un qui s’était mis dans la tête de réduire de moitié l’angle d’un escalier, en divisant la hauteur des marches par deux. Evidemment, ça n’avait pas marché, alors ils étaient tous avec leurs iPhones et BlackBerries à essayer de trouver une app pour ça. Donc j’ai passé une demi-heure à leur démontrer que la nouvelle hauteur va être tan (θ / 2) fois le giron. La plupart se sont éloignés discrètement. Seul le gars qui avait créé le problème a essayé de comprendre. En fin de compte il a dit qu’il captait, mais je pense qu’il me ment.

J’ai également créé un modèle en papier d’une projection orthographique que personne n’arrivait à changer en dessin isométrique, après que trois instructeurs avaient abandonné, et un quatrième essayait de le faire avec AutoCADD. Mais je l’ai fait plus vite que lui. Et puis j’ai trouvé une façon simple et efficace de faire tous les problèmes de proportions, pourcentages et leviers, que les autres gars comprennent facilement.

L’autre jour au concert de Noël de la Chorale Luthérienne de Calgary, j’ai rencontré un de mes anciens professeurs d’astrophysique. Il m’a dit se souvenir que d’après mon prof préféré, j’avais « toujours des solutions élégantes » en maths. Ce qui me parait bizarre car je me souviens clairement que je n’avais pas de solutions du tout, élégantes ou vulgaires. C’est bien pour ça que je suis charpentier et pas astrophysicienne. Mais à force d’être super nulle en maths pendant cinq ans de diplôme d’astrophysique, j’ai maintenant l’air d’un génie en maths de charpenterie.

Il me semble qu’il devrait y avoir un proverbe qui s’applique à cette situation, mais je n’arrive pas à m’en souvenir. Apparemment, mon génie ne marche que pour les maths de charpenterie.

2 commentaires:

Picard a dit…

Le proverbe que tu cherches ne serait-il pas "au royaume des aveugles, les borgnes sont rois ?"

Mongoose a dit…

Oh lui, eh! J’en ai trouvé un plus sympa : “chacun son métier, et les vaches seront bien gardées.”