samedi 27 août 2011

Encore des âneries du GTNO

Notre gouvernement bien-aimé nous offre l'Internet gratuit à la bibliothèque. C'est à peu près le seul service qu'il me rend.

Bon.

J'ai besoin de sous-vêtements. Je vais donc en ligne m'en acheter. J'achète tout en ligne sauf l'épicerie.

Bon.

Ah, tiens, non.

Bien que j'utilise mon propre ordinateur, le modem du GTNO me bloque de tous les sites qui vendent des sous-vêtements pour femmes, sauf Sears. Mais Sears c'est laid et cher.

Une fois de plus, je dois conclure que le GTNO est une grosse bande d'enflures. Déjà qu'y ait pas de jobs, pas de prudhommes, pas de docteurs, pas de justice, pas de etc, bon, d'accord, on en prend l'habitude. Mais pas le droit de s'acheter des sous-vêtements en ligne ? C'est pas possible d'être aussi con!

10 commentaires:

Picard a dit…

Le lampiste chargé de répertorier les sites proposant des contenus contraires à l'idée que se fait le GTNO du licite et de l'illicite aura fait du zèle en bloquant les sites de lingerie féminine présentant leurs produits sur des mannequins vivants... Je pense qu'il suffirait que tu fasse remarquer à qui de droit que c'est absurde pour que la situation soit corrigée.

Voilà précisément pourquoi il ne faut pas attendre de n'avoir plus qu'une culotte pour renouveler son stock !

Mongoose a dit…

Chez les gens normaux, oui, mais chez nous il ne suffit jamais de faire remarquer qu'il y a un problème. Il faudra probablement écrire aux journaux, à tous les députés, et à la commission des droits de l'homme, puis ça prendra huit ans de passer à l'action et ils le feront mal.

Picard a dit…

Au risque d'être foudroyé sur le champ, je ne peux m'empêcher d'évoquer le lien que je vois entre cet événement et la marche des salopes qui t'avait mise dans une grande colère.

Ô Dignité, que de crimes on commet en ton nom !

Mongoose a dit…

Ouais mais il y a quand-même une différence : moi, mes sous-vêtements, je ne les montre à personne. Ça ne me dérange pas que les gens en portent de jolis (ou de laids, d'ailleurs), ce qui m'exaspère c'est qu'elles s'habillent de façon à tout montrer, parce que ça attire les hommes, pis quand les hommes sont en effet attirés, elles te font une crise de nerfs. Comme disait mon ancien patron, I don't suffer fools gladly.

Picard a dit…

J'ai bien compris ce qui t'irrite chez tes congénères, et si j'arrive à te convaincre qu'une autre façon de voir les choses existe, tu me devras un peu de la sérénité que tu en retireras !

Ce que j'en dis, c'est que l'homme est essentiellement violeur, et que quand la société décide que la responsabilité en incombe à la femme, celle-ci perd, entre autres libertés, celle de choisir sa lingerie sur Internet. (Au fait, peux-tu accéder aux sites de lingerie masculine ?)

Les sociétés décident comme des hommes, puisque les instances où se prennent les décisions sont rendues (devine par qui) difficilement accessibles aux femmes.

In fine, c'est à mon avis un combat de la Nature contre le Droit, de l'instinct contre la raison...

Mongoose a dit…

Justement, puisque l'homme est essentiellement violeur, la femme qui n'est pas stupide prend ça en compte quand elle s'habille. Si la société prétend que la femme n'est pas responsable pour sa propre sécurité, celle-ci va perdre bien plus de droits, genre celui de sortir seule, de conduire, de voir des hommes sans chaperon, etc. Puisque tu t'y connais en sécurité au travail, il me semble que tu comprends probablement que chacun est responsable pour sa propre sécurité et que c'est à chacun de l'assurer, que les autres soient cons ou responsables. En gros, la responsabilité de l'un pour ses actions ne réduit pas la responsabilité de l'autre de se protéger des actions des autres.

PS. L'acide chlorhydrique a très bien marché, merci.

Picard a dit…

Tiens, l'acide chlorhydrique... Figure-toi qu'en une contrée où la femme ne sort que voilée, j'ai pu observer récemment qu'on peut en faire plein d'autres choses que nettoyer ses chiottes. Par exemple, en asperger le visage des fillettes pour les dissuader d'aller à l'école.

Malheureusement, ça marche moins bien que dans les chiottes ; elles y retournent quand même...

Sécurité au travail. Ici, si j'ai un accident au travail, la responsabilité de l'employeur sera systématiquement recherchée. C'est à lui de se mettre en conformité avec les normes, de former ses employés, de leur fournir des effets de protection adaptés, des matériels en état, des infrastructures sures...

Évidemment, si j'ai enfreint des règles de sécurité ou eu un comportement de nature a augmenter les risques, la responsabilité de l'employeur sera dégagée. (Par exemple, si j'étais sous l'emprise de l'alcool ou d'un autre psychotrope, si je n'ai pas utilisé le harnais ou les chaussures de sécurité fournis...)

Ce sont les assureurs, pas les États, qui obligent les gens à se protéger. Si je te cambriole (ne parlons pas là du risque que, ce faisant, je boive l'engrais que tu stockes dans des emballages alimentaires !), ton assureur ne t'indemnisera probablement pas si je suis passé par la porte d'entrée que tu n'avais pas verrouillée en ton absence.

L'Etat doit faire régner l'ordre public et garantir les droits des citoyens. C'est à lui d'éduquer, de dissuader, de punir et d'éloigner les violeurs. Il dispose pour cela du monopole de la contrainte physique légitime.

Si dans une société les femmes qui s'habillent conformément au moeurs de l'époque courent un grand risque de subir des agressions du fait de leur tenue, alors l'Etat est failli.

Finalement, si c'est à chacun de se protéger, il n'y a tout simplement plus d'État, et c'est la guerre de chacun contre tous ; bref, c'est qu'on est retourné à l'état de nature... Et qu'il faut tout recommencer !

Mongoose a dit…

L'Etat ne peut pas empêcher les gens de subir les conséquences de leur stupidité. Si je laisse ma porte ouverte et qu'un cambrioleur vient chez moi, même si l'Etat le met en taule (peu probable), ça ne me dé-cambriolera pas. Si je rentre chez moi alors que le cambrioleur y est et je le défenestre, l'Etat me mettra en taule mais ça ne changera rien aux blessures du gars. L'Etat peut prévenir un peu, mais pas beaucoup, et il ne peut certainement pas guérir les victimes de crimes. Donc si tu veux pas être victime, tu prends tes précautions, au lieu de s'attendre à ce que l'Etat fasse tout pour toi. Le but de l'Etat c'est de gérer les affaires publiques, pas d'infantiliser le citoyen. Donc les femmes qui ne veulent pas se faire harceler doivent prendre leurs propres précautions, parce que même si l'Etat punit les malfaiteurs, ça ne réparera pas le tort fait à la victime.

Qu'il s'agisse d'assurance, blessure à l'ouvrage, ou autre chose, une fois que tu es blessé, trouver qui blâmer ne t'avancera pas à grand-chose. Mieux vaut prévenir que guérir, et si tu peux toi-même faire ce qu'il faut pour prévenir, c'est pas la peine de te plaindre quand tu ne l'as pas fait et que tu es blessé. C'est comme les grossesses imprévues: est-ce la faute de l'un ou de l'autre? Chacun blâme l'autre, alors qu'il ou elle aurait pu prévenir cette grossesse; et vu que les conséquences sont les mêmes que l'on blâme l'un, l'autre, ou les deux, c'est pas trop la peine de se poser la question. Qui ne veut pas de gosses intempestifs prend ses propres précautions.

Deuxièmement, et je l'ai déjà dit, cette question n'a pas tant à voir avec l'attaque violente par un étranger, qui est rare, qu'avec les malentendus où le gars croit que la femme consent, qui sont très courant. Si l'accusé croyait réellement que le plaignant consentait, il n'y a pas crime. C'est donc au plaignant de communiquer clairement qu'il ou elle ne consent pas. S'habiller en pute fait croire aux gars, violeurs de nature, que la femme cherche à consentir. C'est ça qu'on essaye en vain de leur expliquer: si tu fais croire au gars que tu consens, bin il va croire que tu consens. Donc si tu ne consens pas, il faut le démontrer clairement.

Picard a dit…

Je suis un peu fatigué, alors je vais en rester là pour ce soir. Mais ce n'est que partie remise, et fais gaffe, où j'appelle mon autre sœur en renfort !

(Au fait, n'oublie pas de vérifier que tu peux te connecter aux sites de lingerie masculine, c'est important pour ma démonstration...)

Mongoose a dit…

J'ai essayé, mais je me suis rendu compte que je connais pas de marques de sous-vêtements pour hommes. Y aurait Calvin Klein... Alors "Calvin Klein" est bloqué, mais "Calvin Klein underwear" ne l'est pas. Incroyable ce qu'ils sont bêtes.